Menu

Vétérinaire pour les NAC - Namur

Les nouveaux animaux de compagnie, souvent réduit au diminutif de NAC, représentent une population très hétérogène de nos patients. En effet sont repris sous ces 3 lettres tous les animaux de compagnie qui ne sont pas des chiens ou des chats. On retrouve donc les rongeurs ( Cobaye, Hamster, Chinchilla, Rat, Souris, etc.. ), les lagomorphes (lapins), mais aussi des carnivores tels que les furets.

Tous les détailler serait donc impossible. Immanquablement, certaines espèces ou certains domaines ne seront pas abordés. Le but de cette page est de vous donner quelques caractéristiques des espèces principales rencontrées et non pas d'écrire une encyclopédie consacrée à la médecine et à la chirurgie des NAC.

N'hésitez donc pas à contacter la vétérinaire Dufour pour toute question relative à votre animal de compagnie. Elle est à votre disposition à Leuze-Longchamps ( Eghezée) pour tous les soins dont votre Nac pourrait avoir besoin.

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre furet ?

Le furet est un carnivore de la famille des mustélidés. Il était autrefois élevé pour ses capacités de chasseur mais aussi pour sa fourrure. Actuellement, il devient un petit animal de compagnie de plus en plus souvent rencontré puisque aux Etats Unis il arrive, en fréquence, juste après le chien et le chat.

La vaccination et les traitements antiparasitaires du furet

Au niveau vaccination, il convient de protéger le furet contre la maladie de carré à laquelle il est très sensible, et contre la rage si votre furet quitte le territoire.

Dans ce dernier cas, il devra également être identifié au moyen d'une puce électronique. Tout comme les autres animaux, les furets peuvent être atteint de gale auriculaire, de parasites externes ( puces et acariens) et de parasites internes ( vers).

Il est aussi à noter que le furet est très sensible au virus de la grippe humaine.

La stérilisation de la furette

Au niveau reproducteur, la furette présente malheureusement la particularité de développer de l'hyperoestrogénisme ( production excessive d'oestrogène) si elle ne se reproduit pas. Cet hyperoestrogénisme provoque une aplasie médullaire ( insuffisance de production par la moelle osseuse des différentes lignées sanguines : globules rouges, globules blancs et plaquettes )qui conduit à la mort de la furette.

Votre vétérinaire peut vous proposer 2 techniques pour contrôler ce problème. La première est de stériliser chirurgicalement la furette. Mais cela risque à terme de la prédisposer à un hyperadénocorticisme (production excessive de steroides par les glandes surrénaliennes). La deuxième est l'utilisation d'un implant hormonal qui ne présente pas les effets secondaires rencontrés par la stérilisation.

La stérilisation du furet

Le furet mâle n'est pas exposé à l'hyperoestrogénisme comme la femelle si il ne se reproduit pas. Dans son cas, la castration a pour but principal de diminuer l'odeur que dégagent les glandes sébacées disséminées dans sa peau. Cependant, chez lui aussi, les études ont prouvé, une prédisposition au développement d'un hyperadénocorticisme en cas de stérilisation. Heureusement, l'utilisation d'un implant hormonal est aussi envisageable chez le furet mâle.

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre lapin de compagnie ?

Contrairement à ce que l'on croit souvent, le lapin n'est pas un rongeur mais bien un lagomorphe. La différence se situe, entre autre, au niveau de la dentition. Les lapins possèdent 2 paires d'incisives à la mâchoire supérieure, alors que les rongeurs n'en possèdent qu'une. L'arcade des mâchoires supérieures des lapins sont plus larges que celle des mâchoires inférieures alors que c'est l'inverse chez les rongeurs. De plus les lagomorphes sont des herbivores strictes.

La dentition du lapin

Les lapins ont des dents à croissance continue qui permet de compenser l'usure due à la mastication d'aliments durs et abrasifs. En cas d'usure anormale ou insuffisante, le lapin présentera une croissance anormale de ses dents avec pour conséquence, la formation de pointes qui blesseront les joues ou les côtés de la langue. Un contrôle régulier par votre vétérinaire est conseillé car les symptômes sont souvent vagues et arrivent tardivement.

Les vaccinations du lapin

La vaccination du lapin est effectuée contre la myxomatose et la maladie virale hémorragique (RHD). Ces 2 maladies peuvent être transmises par contact direct entre lapins mais aussi via des insectes tels que les puces et les moustiques. Malheureusement, aucun traitement n'existe pour guérir le lapin atteint d'une de ses maladies, d'où l'intérêt de penser à la vaccination même pour les lapins domestiques.

La contraception du lapin

Le taux de fertilité de la lapine est assez impressionnant. Aussi si vous possédez un mâle et une femelle, un moyen de contraception deviendra rapidement nécessaire. La stérilisation chirurgicale peut être envisagée sans difficulté pour le lapin et la lapine. Chez cette dernière, la stérilisation réduira le risque de cancer de l'utérus et chez le lapin mâle, elle diminuera l'agressivité et le marquage urinaire.

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre cobaye ?

Le Cobaye appelé également Cochon d'Inde est un rongeur originaire d'Amérique du sud et introduit chez nous par les conquistadors espagnols.

Il pèse en moyenne 800 gr pour les femelles et 1Kg pour les mâles. Le cobaye possède des dents à croissance continue et une seule paire d'incisives au niveau des mâchoires supérieures.

Les besoins alimentaires et en vitamine C du cobaye.

Son régime alimentaire est type herbivore stricte. Le cobaye a besoin d'une alimentation abrasive afin d'user correctement ses dents et d'un taux de fibres de 15% minimum pour assurer un transit digestif correct. Les mélanges de graines ne doivent pas constituer l'apport alimentaire principal du cobaye car souvent ils sont trop riches, trop pauvres en fibres et le cobaye ayant tendance à trier les graines qu'il préfère, la ration sera finalement non équilibrée. Le foin par contre est l'aliment par excellence du cobaye. Il faut le choisir de bonne qualité et le donner en plusieurs repas répartis sur la journée.

Le Cobaye ne sait pas synthétiser la vitamine C. Bien que différents aliments en contiennent, l'apport total est souvent insuffisant. Votre vétérinaire vous recommande donc de suppléer le cobaye en vitamine C. Celle-ci se trouve sous forme liquide et doit être administrée directement dans la bouche du cobaye, car diluée à l'eau de boisson, elle se dégrade rapidement.

La reproduction du cobaye

Le cobaye se reproduit toute l'année et après une gestation de 59 à 72 j, la femelle donne naissance à 2 à 3 jeunes. Les jeunes cobayes sont sevrés après 2 à 4 semaines

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre hamster ?

Il existe de nombreuses sous espèces de Hamster avec pour chacune d'entre elle, des caractéristiques particulières.

Les besoins alimentaires du hamster.

D'une manière générale, ce petit rongeur est surtout granivore, mais il peut se nourrir de végétaux tels que des légumes, des fruits et des racines. Certaines sous espèces sont même omnivores et mangent également des insectes et des petits vertébrés.

Ils possèdent des abajoues dans lesquelles ils peuvent stocker de la nourriture. Le nom de Hamster vient d'ailleurs de l'allemand
« hamstern » qui veut dire « faire des réserves ».

Le rythme de vie du hamster

Ce petit animal a une vie surtout nocturne.
Dans la nature, le hamster hiberne de novembre à mars en se réveillant une fois par semaine pour se nourrir et déféquer. Les hamsters domestiques présentent durant l'hiver plusieurs semaines de torpeur. Bien que certaines sous espèces acceptent la vie en couple (ex : hamster russe, siberien, Roborowski) les autres préfèrent ne pas devoir partager leur cage avec un autre congénère.

Les principales maladies du hamster

Le hamster présente principalement des maladies de la peau ( parasites ,bactéries, tumeur etc..),et du système digestif ( iléite proliférative, enterite etc..)

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre rat ?

Le rat est un animal très intelligent et très propre. Il a mauvaise presse à cause des endroits où vivent les rats sauvages, mais dans un cadre domestique, le rat peut aisément apprendre à uriner et déféquer dans une zone particulière de la cage. D'ailleurs, ce petit animal déteste les cages sales, ce qui oblige son propriétaire à l'entretenir régulièrement.

Le mode de vie du rat

C'est un animal vif et grégaire. Cela veut dire que le rat vit préférentiellement en groupe. Il vaut donc mieux lui permettre de vivre avec un de ses congénères. Cependant son taux de reproduction étant assez important, la castration des mâles est conseillée. N'hésitez pas à contacter votre vétérinaire à ce sujet. Du point de vue de ses activités, le rat est surtout actif en début et en fin de journée.

Le régime alimentaire du rat

Le rat est un rongeur dont les molaires ne présentent pas une croissance continue. Dans son milieu naturel il est omnivore. Il est conseillé de lui donner des aliments qui lui sont spécialement destinés. Ils se présentent souvent sous forme de pellets homogène, ce qui empêche le rat de trier sa ration pour ne manger que ce qu'il préfère et ainsi arriver à déséquilibre une nourriture complète à la base.

Les principales maladies du rat.

Au niveau des maladies, le rat est exposés aux parasites, aux pathologies respiratoires et aux tumeurs (surtout les tumeurs mammaires).

Quels soins votre vétérinaire peut-elle apporter à votre chinchilla ?

Le chinchilla est un petit rongeur originaire de la cordillère des Andes. Il a été longtemps chassé pour sa viande mais aussi et surtout pour sa fourrure particulièrement douce à un point tel qu'il n'existe quasi plus à l'état sauvage.

Les caractéristiques physiologiques du chinchilla

Le chinchilla est un animal nocturne, dont les dents présentent une croissance continue. Par rapport aux autres rongeurs, il se reproduit peu. Les chinchillas ont en général 2 portées par ans d'environ 1 à 5 petits et la durée de gestation est de 110 à 120 jours.

Les maladies du chinchilla

Outre les problèmes de croissance anormale de ses dents, le chinchilla est exposé aux entérites (inflammation de l'intestin) d'origine bactérienne ou parasitaire. Au niveau respiratoire, le chinchilla est sensible aux courants d'air, aux ventilations insuffisantes et à une hygrométrie inadéquate.

Le stress constitue également un facteur préjudiciable pour le chinchilla.

Contact

Consultez également :

Navigation Plan d'accès

Calculez votre temps de route :

Route de Cortil Wodon N° 16
Leuze-Longchamps
5310 EGHEZEE